Le vieux qui lisait des romans d’amour – Luis Sepúlveda


« Si la piste est trop facile et que tu crois tenir le jaguar, c’est qu’il est derrière toi, les yeux fixés sur ta nuque. »

Le vieux qui lisait des romans d’amour – Luis Sepúlveda

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :