Le Joueur d’échecs – Stefan Zweig


Qui est cet inconnu capable d’en remontrer au grand Czentovic, le champion mondial des échecs, véritable prodige à la fois fruste et arrogant ? Peut-on croire, comme il l’affirme, qu’il n’a pas joué depuis plus de vingt ans ? Les circonstances dans lesquelles l’homme a acquis sa science du jeu sont terribles. Elles renvoient aux expérimentations nazies sur les effets de l’isolement absolu, lorsque, aux frontières de la folie, le cerveau humain en vient à déployer les facultés les plus étranges.

Dans cette fable inquiétante, parue en 1943, un an après son suicide, Zweig porte un regard désespéré sur une époque qui ne laisse comme alternative que la démence ou la mort.

Edouard Baer donne toute sa dimension à ce grand texte où l’angoisse est sans cesse à fleur de mots.


Stefan Zweig

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :