L’Invention de Morel – Adolfo Bioy Casares


Un homme en fuite trouve refuge sur une île déserte.

Un lieu étrange, dominé par une villa immense et somptueuse dont les sous-sols recèlent une machinerie aux fonctions incompréhensibles. L’île, pourtant, n’est pas si déserte qu’elle l’a semblé de prime abord. Des estivants, réunis sur place par un certain Morel, s’engagent dans une fête languide dont le rituel paraît se reproduire à l’infini.

Préfacé par Borges, un petit chef-d’œuvre d’une originalité inaltérable.

Traduit de l’espagnol (Argentine)
par Armand Pierhal


Adolfo Bioy Casares

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :